Interview de Dominique Lancastre 

« Une femme chambardée »

 

L’auteur

 

1/ Peux-tu te présenter à nous, s’il te plaît ?

 

Je suis originaire de la Guadeloupe. Je suis né à Vieux-Habitants la plus ancienne commune de l’île. J’ai obtenu mon Baccalauréat au Lycée Gerville Réache de Basse-Terre puis j’ai continué mes études en France et en Angleterre. J’ai enseigné l’anglais mais j’ai abandonné l’enseignement pour les voyages. Je suis devenu Personnel Navigant Commercial à British Airways, un métier qui me laisse beaucoup de temps pour écrire et surtout faire connaître les Antilles.

 

Comment te définirais-tu ?

 

Comme citoyen du monde. Je me sens bien partout où je vais parce que je me donne les moyens de me sentir bien. Je m’adapte à mon environnement.

 

Parle-nous un peu des divers ouvrages que tu as publiés, et de ta carrière littéraire.

 

J’ai publié en 2010 La Véranda la première partie d’un roman en trois parties qui n’est pas une saga ni une trilogie mais juste un projet. J’ai voulu relancer le goût de la lecture chez les jeunes antillais en suscitant leur intérêt. Un roman de 76 pages est  plus facile à lire et  suivre l’histoire devient plus facile pour les élèves.

Le roman Une Femme Chambardée  a été publié en 2012 et s’adresse à un public plus  adulte Un roman on va dire  à caractère social qui traite de nombreuses difficultés de la vie au quotidien.

 

2/En quoi ton parcours de vie personnelle/professionnelle et sociale a-t-il influencé ton écriture ? Ta réflexion ?

 

 Pouvoir voyager  de la sorte est une grande chance de voir autre chose et surtout de prendre conscience de ma culture et de mes traditions. Une conscience que j’ai automatiquement traduite en écriture. Cela se ressent bien dans ma façon d’écrire. Je passe beaucoup de temps à décrire le milieu social dans lequel mes personnages évoluent. Je garde toujours à l’esprit que les gens qui me lisent ne sont pas tous antillais, le lecteur a besoin de toutes ces précisions pour comprendre l’intrigue parfois.

 

3/ L’écriture est-elle ton seul support d’expression artistique ?

Ou en possèdes tu d’autres ? Pourquoi l’ (les) avoir choisi(s) ?  Si plusieurs, sont-ils tous un moyen d’exprimer la même chose, ou exprimes tu des éléments différents selon le media d’expression ?

Concernant l’écriture, quel type d’écriture [poèmes, romans, nouvelles] et pourquoi ?

 

Je m’intéresse beaucoup à la musique classique russe et à la peinture. Mais, je ne sais pas jouer d’un instrument et je ne sais pas peindre. J’apprécie le travail des autres. J’adore la photographie c’est un passe-temps récent. La peinture développe l’imagination et surtout on pénètre des univers inconnus où seul le peintre est capable de nous  entraîner. Chaque toile est unique mais se prête à plusieurs interprétations selon notre regard. J’adore cet exercice. En photographie c’est l’instant capturé qui m’intéresse, les détails ont leur importance. En ce qui concerne l’écriture je viens de terminer un recueil de poèmes préfacé par Ernest Pépin qui m’a encouragé à publier mes poèmes. J’ai aussi des nouvelles en commission de lecture et bien sûr des romans. Je me sens à l’aise dans les trois types. Je crois que c’est selon l’inspiration.

 

4/ Pratiques tu la recherche artistique si oui, sur quels thèmes exactement ? Pourquoi les avoir choisis eux ?

 

Relié des toiles à mes romans est mon angle de travail. La véranda est liée à une toile ainsi qu’Une Femme Chambardée et les autres romans qui vont suivre aussi. En général, je demande au peintre d’effectuer le travail avant de lire le livre. Mais, je lui donne suffisamment de détails. J’ai ajouté cette particularité : c’est de ne jamais voir physiquement la toile. Tout se fait de façon virtuelle. Le peintre m’envoie une photo. La toile pour La Véranda est à Toulouse, celle pour Une Femme Chambardée en Guadeloupe et a été vendue. Je ne connais pas l’acquéreur. C’est là tout l’intérêt.

 

5/ Quels sont tes domaines de militantisme [autre qu’artistique] ? De quelle manière agis-tu ?

Je ne suis pas militant. Je crois surtout qu’en se changeant soi on arrive à changer les autres. Bien souvent les autres n’ont aucun problème mais c’est souvent notre perception des choses qui met un frein au développement des bonnes relations avec les autres.

 

« Une femme chambardée »

 

6/ Explique nous en quelques mots le synopsis de livre.

 

1976 le volcan de la Soufrière entre en éruption. Helena que la vie n’a pas épargné se retrouve seule à élever son fils Amédée. Un mari alcoolique qui finit par trouver la mort et la voilà partie dans le tourbillon de la vie. Une vie qui va l’amener à faire face à plusieurs choix tout aussi difficiles les uns comme les autres et qui progressivement va la pousser à se poser des questions existentielles

 

7/Présentes nous en quelques mots chacun de tes principaux personnages !

 

Helena le personnage principal. Femme atypique peu bavarde mais très solide.

Amédée son fils qui observe beaucoup sa maman.

Tertullien le mari qui devient alcoolique.

Les Clodions couple fade .Ils restent ensemble par habitude

Esméralda la sœur d’Helena qui a quitté les Antilles en espérant trouver mieux en métropole.

 

8/Comment as-tu organisé ton travail pour ton roman ? Quel est ton processus créatif (en général) ?

 

L’inspiration ne s’organise pas mais vient tout naturellement. Je peux écrire 15 pages  en une journée et rester  deux semaines sans jamais toucher au manuscrit.

 

9/ Quel rôle joue les femmes dans la société antillaise, que ce soit aujourd’hui ou à l’époque du roman ? Comment cela a-t-il évolué ? Quelle est la genèse de ce rôle ? Qu’en est-il des familles antillaises installées en métropole ?

Quel est l’état des relations hommes-femmes aux Antilles ? Et la place/rôle des hommes au sein des familles ?

 

La femme antillaise n’a jamais perdu son statut potomitan passé  et même aujourd’hui on rencontre beaucoup de femmes qui élèvent seules leur enfant. Le rôle de la femme potomitan est un sujet très vaste. Comprendre la façon dont ce rôle aurait évolué demanderait une étude plus approfondie et sur plusieurs années. En ce qui concerne la métropole la situation varie certaine en fonction de l’endroit où les antillais se sont installés. Là encore il faudrait voir de plus près selon la catégorie sociale.

10/  Quelle est la place de la religion en Guadeloupe ? Religion officielle (catholique), mais aussi religions héritées des ancêtres africains (religions syncrétiques du nouveau monde), autres religions ? Comment se concilient-elles / s’opposent-elles ?

Comment a contrario l’athéisme est-il vécu/perçu en Guadeloupe ?

 

La religion principale est le catholicisme mais depuis quelques années nous assistons un retour au puritanisme américain  avec une recrudescence d’autres religions. Bien qu’ayant fait du personnage d’Héléna  dans Une Femme Chambardée une femme athée, l’athéisme est presque inconcevable dans la Caraïbes et s’il existe  c’est de façon très disparate.

 

 

11/Où peut-on trouver tes livres ?

Sur amazon.com, chapitre.com, fnac.com en métropole.

Dans la plus part des librairies dans les Départements d’Outre-mer.

 

12/As-tu un site personnel pour que l’on fasse plus ample connaissance avec ton travail, et ton art ?

Oui. J’ai un site que je mets à jour régulièrement.

www.dominiquelancastre.com

 

En mon nom ainsi que celui des lecteurs, je te remercie beaucoup d’avoir accepté de participé à cette interview.

 

Make a Free Website with Yola.